Lucien Perpère, pionnier rémois

Lucien Perpère est né le 12 mai 1912 à Mascara d’une vieille famille pyrénéenne, en Afrique française du Nord (actuel Algérie). Très tôt lui et ses parents viennent s’installer dans la région champenoise. Lucien alors encore lycéen intègre l’effectif de la Société Sportive du Parc Pommery (SSPP) en 1928, a seulement 16 ans. Il joue ses premiers matchs avec la SSPP lors de la saison 1928-29. C’est la première année de la SSPP dans le championnat de Division d’Honneur Nord-Est, le plus haut niveau régional de l’époque.

La SSPP le 19 octobre 1930 face au Sporting Club Rémois devant plus de 5.000 personnes (défaite 5-3). Perpère est déjà là, accroupis, au centre. On reconnait de g. à dr., debout : Picard, Ardhuin, Mayeux, Colas, Baderzaider, X.; accroupis : Dubreux, Tanguy, Perpère, Cromer, Garnesson. (Reims de nos amours)
Instantané qui montre une partie des 5.000 spectateurs présent lors de ce match. Perpère est le joueur entre les deux défenseurs avec les maillots à rayures du Sporting Club Rémois. (Miroir des sports)

Il fait donc partie de la toute première équipe du Stade de Reims pour y tenir le poste d’attaquant ou d’inter. A la fin de la saison 1931-32, Lucien après avoir obtenu son baccalauréat se lance dans des études de droit et continue de jouer pour le Stade de Reims. Etant donné que les joueurs travaillaient, les entraînements se déroulaient les soirs de la semaine au Parc Pommery. À partir de la saison 1934-35, suite au départ du capitaine Rémois Jules Ardhuin, Lucien récupère le brassard. C’est donc lui qui reçoit des mains de Jules Rimet (créateur de la Coupe du Monde) le premier trophée national du Stade de Reims, récompensant la victoire face au FC Bordeaux lors de la finale du championnat de France amateur.

Stade de Reims – FC Bordeaux : 2-1
26.05.1935; Championnat de France amateur (finale) – Stade municipal, à Maison-Alfort. 5.500 sp. Arb : André Garborit
Stade de Reims : Moos – Serra, Vannier – Samano, Lee, Moos – Fischer, Garabedian, Perpère, Pradel, Fauchart – Entr. Aitken
Football Club de Bordeaux : Lautar – Laguerre, Deak – Lalanne, Heim, Arnaud – Sarraute, Miramon, Catherineau, Dumas, Lafaye
Buts : 3′ Fauchart 1-0, 62′ Catherineau 1-1, 82′ Vannier 2-1

À la suite de cette victoire le Stade de Reims intègre la Division Interrégionale (D2) avec Perpère comme capitaine qui signe sa première licence professionnelle pour le Stade de Reims. Pour ses début dans le monde professionnel, le Stade de Reims termine à une honorable 10ème place, pour 15 victoires, 3 nuls et 16 défaites. Cette saison de championnat Lucien Perpère aura marqué 7 buts pour 18 titularisations.

Le Stade de Reims en 1935. De g. à dr., debout : A. Moos, Samano, Vannier, L. Moos, Serra, Lee; accroupis : Balavoine, Garabedian, Perpère, Fischer, Fauchart. (Collection particulière)

Pour le Stade de Reims la saison suivante est complètement manquée, 16ème sur 17 en championnat. De son coté, Lucien Perpère avec 8 buts en 25 apparitions s’en sort avec un bilan honorable. C’est durant cette saison que le 22 novembre 1936, Lucien et sa femme, Nelly (qui est la fille du rédacteur de la section sport de l’Éclaireur de l’Est et secrétaire générale du Stade de Reims, René d’Hennin) eurent leurs premier enfant, Guy, qui deviendra lui aussi un acteur du Stade de Reims, mais dans un autre registre.

À partir de 1938, Lucien Perpère devient correspondant/journaliste pour l’Elaireur de l’Est (actuel l’Union), le plus grand quotidien de la région de Reims, il joue donc moins et redevient footballeur amateur, toujours pour le Stade de Reims. Il est sélectionné à plusieurs reprises dans l’équipe de France amateur. Lors de cette saison le Stade de Reims atteint les quarts de finale de la Coupe de France après avoir éliminé l’AS Saint-Etienne un des favoris, en 3 matchs (0-0, 1-1, 1-0) ! (Il n’y avait pas de séance de penalty à l’époque, si égalité à la fin de la prolongation match à rejouer). Lucien Perpère après avoir manqué le second match (pour cause de vacances au ski !) marque le but de la victoire lors du troisième match.

Stade de Reims – AS Saint-Étienne : 1-0
16.02.1939; Coupe de France (1/8ème de finale) – Stade de Paris, à Saint-Ouen. 10.000 sp. Arb : Denize
Stade de Reims : Vovard – Cattelain, Frelin – Fischer, Platzek, Vernay – Bortolameolli, Fauchart, Perpère, Cottin, Batteux – Entr. Bieber
Association Sportive de Saint-Étienne : Llense – Casy, Rolhion – Biéchert, Odry, Snella – Tax, Hes, Pasquini, Rich, Roux – Entr. Duckworth
But : 70′ Perpère 0-1

À la fin de la saison, Lucien Perpère de par son statut d’amateur vient renforcer « l’équipe B » du Stade de Reims pour une nouvelle finale de championnat de France amateur. Les Rouges et Blanc battent l’US Bruaysienne, 1-0, le 21 mai 1939 en lever de rideau du match international entre la France et le Pays de Galles au Stade Olympique Yves-du-Manoir, à Colombes. Lucien Perpère obtient à nouveau le titre de Champion de France amateur.

Le tour d’honneur des vainqueurs devant la foule à Colombes. On reconnait de g. à dr., L. Moos, Hirardin, Carrara, Garabédian, Perpère, Bortolameolli (à l’arrière plan), A. Moos, Vannier. (Collection particulière)

Stade de Reims (B) – US Bruaysienne : 1-0
21.05.1939; Championnat de France amateur (finale) – Stade olympique Yves-du-Manoir, à Colombes. Arb : Roth
Stade de Reims (B) : L. Moos – Carrara, Prince – Lefèvre, Hirardin, Vernay – A. Moos, Bortolameolli, Perpère, Garabédian, Vannier
Union Sportive Bruaysienne : Godelle – Kubuck, Dubois – J. Soulluez, Jedresjack, Kulvass – Martin, Helinski, P. Soulluez, Laurent, Caboche
But : 88′ A. Moos 1-0

En septembre 1939 la guerre arrive, Lucien Perpère est mobilisé et est très occupé par son métier de journaliste. Lors de la saison 1939-40, Perpère ne jouera qu’un seul et unique match de championnat avec le Stade de Reims dans lequel il marque 3 buts (victoire 5 à 3, face au Red Star Olympique).

En 1942, il fait partie de la sélection professionnele zone Nord qui affronte celle du Sud dans un match au sommet au Parc des Princes, il joue aux côtés de nombreux internationaux comme le gardien Julien Darui (Red Star Olympique), François Bourbotte (SC Fives) ou encore son coéquipier Rémois Jules Vandooren. Le score final de cette rencontre est de 3-3, Perpère laisse sa place à Maurice Dupuis (RC Paris) sur blessure au bout de seulement 25 minutes de jeu. Cette même année il est avec le Stade de Reims, champion de France zone Nord et finaliste de la Coupe de France dans cette même zone.

L’équipe championne de France Zone-Nord en 1942. De g. à dr., debout : Vandooren, Carrara, Favre, Gillis, Vernay, Brembilla; accroupis : Szego, Ignace, Perpère, Petitfils, Deligny. (Collection particulière)

Après plus de 15 ans de pratique de football dans la cité des sacres (SSPP + Stade de Reims), Lucien Perpère joue son dernier match avec son club de cœur le 30 mai 1943. Un autre grand nom du Stade de Reims est déjà là, Robert Jonquet.

Stade de Reims – Red Star Olympique : 0-1
30.05.1943; Championnat de guerre, zone Nord (30ème journée) – Stade vélodrome municipal, à Reims.
Stade de Reims : Angel – Vandooren, Carrara – Kowalczyk, Brembilla, Jonquet – Szego, Fauchart, Perpère, Tobia, Perruchoud – Entr. Vandooren
Red Star Olympique : Hatz – Vattaire, Nuevo – Pascaud, Bersoullé, Foenkinos – Julien, Aston, Simonyi, Lemoine, Joncourt
But : 17′ André Simonyi 0-1

Lucien Perpère aura joué plus de 180 matchs et marqué environ 100 buts avec le Stade de Reims en 12 années. Mais la vie de Lucien ne se termine pas là !

A gauche, Perpère et sa femme Nelly. A droite Perpère à Saint-Ouen sous le maillot rémois en 1941. (Stade de Reims, une équipe de légende)

Pour la saison suivante, suite à la réforme du football par le Colonnel Pascot, il est envoyé joué dans l’équipe fédérale Bordeaux-Guyenne. Lucien y reste seulement quelques mois, il y aura jouer seulement 3 matchs. A la fin de l’année 1943, Lucien Perpère termine deuxième du concours national des entraîneurs.

En 1944, il rejoint en tant qu’entraîneur et responsable technique le club de Gueugnon, dans l’optique de se forger une carrière d’entraîneur dans cette ville industrielle de quelques milliers d’habitants. Il y fonde également une école de football, il a plus de 100 élèves. Ses efforts portent rapidement leurs fruits, puisqu’en 1947 avec le FC Gueugnon il devient a nouveau champion de France amateur mais en tant qu’entraîneur cette fois-ci.

L’année suivante, Lucien Perpère devient entraîneur olympique de l’équipe de France pour les Olympiade de 1948 de Londres où il coach notamment le jeune joueur du Stade de Reims, Jean Palluch. Le parcours des amateurs tricolores s’arrête lors des quarts de final après une défaite 1-0 contre le pays hôte. Il ira ensuite à Roanne où il atteindra une nouvelle fois la finale du championnat de France amateur, puis à Mulhouse.

Il raccroche les crampons en 1951 après une carrière bien remplie. Il se consacre alors à l’éducation des jeunes footballeurs et publie plusieurs ouvrages d’initiation au Football tel que : Prends un ballon petit ou Football sa passion, ce dernier étant édité en plusieurs langues. En 1954, il assure l’intérim pendant quelques matchs sur le banc du FC Nancy alors en division 1. Pendant cette même période il devient rédacteur en chef du magazine Allez Reims, programme de quelques pages qui paraît à chaque match à domicile du Stade de Reims. Son fils, Guy, s’occupe des caricatures. Il publie en 1955 le livre Si le stade m’était contéretraçant l’histoire du club depuis le titre de champion de France amateur qu’il a obtenu lui et ses coéquipiers 20 ans plus tôt.

En-tête d’un magazine Allez Reims paru en 1958, Perpère est le rédacteur en chef. (Collection particulière)

En 1970, il fonde « STADEX » qui deviendra deux ans plus tard l’association des anciens du Stade de Reims. Dans cette même année il crée le jeu Adidas qui prendra une dimension internationale et qui permet aux clubs de découvrir et de référencer de jeunes talents. Il est également entraîneur au centre de formation du Stade de Reims pendant les années 1970.

Il fait paraître en 1981 un livre retraçant l’histoire des 50 ans du Stade de Reims : Reims de nos amours : 1931/1981 – 50 ans de Stade de Reims, un livre indispensable pour tous les amoureux du Stade de Reims.

Lucien Perpère après ses quatre vies (footballeur, entraîneur, formateur, écrivain), est mort le 28 août 1996, dans sa 85e années, dont 60 ans passés aux cotés de son club de toujours, le Stade de Reims. Henri Germain, le président historique du club dira de lui “Lucien est l’homme qui a donné le coup d’envoi de cette belle réussite”.

TR (@ArchivesSDR)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *