Jean-Louis Pradel, de la DH à la Division 1

Jean-Louis Pradel est né le jour de Noël de l’an 1915, tout proche de la cité des sacres, à Fère-Champenoise. Attiré très jeune par le ballon rond, c’est donc tout naturellement qu’il rejoint le Stade de Reims a l’été 1933, à seulement 17 ans pour y tenir le poste d’attaquant (ou d’inter).

Pour sa première saison au Stade de Reims alors en Division d’Honneur Nord-Est, Pradel joue très peu de matchs. Mais c’est la saison suivante (1934-35), que le jeune Pradel va se révéler auprès du public local. Il joue la quasi-totalité des matchs de championnat. Lui et ses coéquipiers finissent champion de Division d’Honneur dans la zone Nord-Est, avec seulement deux défaites en championnat pour 12 victoires.

Le Stade de Reims prend donc part au tout premier championnat de France amateur (qui regroupe les différents vainqueurs de DH de toute la France) durant lequel Pradel sera titulaire a tous les matchs. En phase de poule, les Rémois battent l’UL Moyeuvre (6-0) et l’AS Raismes (2-1), les Rémois feront ensuite tomber l’US Quevilly (qui les avait éliminé en 16ème de finale de Coupe de France quelques semaines plus tôt) en demi-finale (3-2). Pradel et les siens se retrouvent donc confronter à Bordeaux en finale. Finale qui sera remporté par le Stade de Reims deux buts a un.

L’équipe championne de France 1935, de g. à dr. : L. Moos, Serra, Vannier, Samano, Lee, A. Moos, Fauchard, Pradel, Perpère, Garabédian, Fischer. (Reims de nos amours)

Pour finir la saison en beauté, le Stade de Reims inaugura officiellement son nouveau stade vélodrome lors d’un match amical contre le champion de France en titre, le FC Sochaux. Pradel est bien sûr présent ainsi que le président de la République française, Albert Lebrun. Les Rémois sont sévèrement battus, six buts à un, Pradel ayant sauvé l’honneur côté rémois.

Stade de Reims – FC Sochaux : 1-6
02.06.1935; Amical – Stade vélodrome municipal, à Reims. 17.500 sp.
Stade de Reims : L. Moos – Aitken, Serra – Lee, Samano, A. Moos – Fauchart, Pradel, Garabédian, Perpère, Fischer – Entr. Aitken
Football Club de Sochaux : Wagner – Lalloué, Mattler – Gougain, Szabo, Lehmann – Courtois (Finot 45′), Abegglen, Simonyi, Duhart, Belko – Entr. Ross
Buts : Courtois 0-1, Courtois 0-2, Pradel 1-2, Simonyi 1-3, Belko 1-4, Abegglen 1-5, Duhart 1-6

Le président de la République française, Albert Lebrun, prend place dans la toute nouvelle tribune d’honneur du tout nouveau Stade Vélodrome de Reims. (L’Éclaireur de l’Est)

Avec cette victoire, le Stade de Reims est promu en Division II et opte donc pour le professionnalisme. Mais Pradel (comme d’autres) pour diverses raisons ne signe pas de licence pro, mais ceci ne l’empêchera pas de jouer en Division II (à cette époque il faut seulement un minimum de six joueurs pro sur le terrain pour pouvoir évoluer en D2). Lors de sa première saison en Divsion II, Pradel en profitera pour marquer cinq buts en 16 matchs. Pour l’exercice suivant (1936-37), Pradel est le meilleur buteur du club avec 14 buts marqué (juste devant Lucien Perpère) en 23 matchs. Mais l’arrivée d’un certain Albert Batteux en octobre 1937, pousse Pradel sur le banc.

Il quitte donc la Champagne a l’été 1938 pour rejoindre un club de Division I, Antibes. Qui est alors dirigé par l’entraîneur du titre de 1935 du Stade de Reims, Billy Aitken. Lors de cette saison dans l’élite du football français, Pradel prend part a 21 rencontres et trouvera trois fois le chemin de filets.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Pradel continue de jouer au football du coté de l’Olympique de Marseille puis de Grenoble. Il fait son (grand) retour à Reims pour évoluer dans l’éphémère équipe fédérale Reims-Champagne. Il joue son premier match pour celle-ci le 5 septembre 1943 contre l’équipe fédérale Lyon-Lyonnais (victoire 3-0) durant lequel il marque un but. Avec l’équipe fédérale Reims-Champagne il jouera 20 matchs et marquera 6 buts. Toujours avec cette même équipe il sera finaliste de la Coupe de France face à l’équipe fédérale voisine, Nancy-Lorraine.

L’équipe finaliste de la Coupe de France 1944. On reconnait de g. à dr., debout : Garabédian (entr.), Prince, Brembilla, Roessler, Dambach, Ignace, Carrara, Germain (dir. sportif); accroupis : Pradel, Batteux, Flamion, Petitfils, Szego. (Collection particulière)

Pour la saison suivante, les équipes fédérales sont abandonnées, Pradel rejoint donc les rangs du Stade de Reims, il est titulaire à 18 reprises et maque six buts. Une fois la guerre terminé, Pradel joue toujours pour les Rouges & Blancs. Il est alors titulaire lors du premier match de l’histoire du Stade de Reims en Division I. Cette rencontre jouée le 26 août 1945 face a le Havre, se solde par une victoire 3-2.

Jean-Louis Pradel, devient alors le seul et unique joueur du Stade de Reims ayant joué à trois échelons différents (Division d’Honneur, 1933-35; Division II, 1935-38; Division I, 1945-47).

L’équipe rémoise lors d’un match amical en août 1945. On reconnait de g. à dr., debout : Jonquet, Ranzoni, Ruminski, Prince, Deligny, Jacowski; accroupis : Pradel, Batteux, Pi. Sinibaldi, Petitfils, Flamion. (Collection particulière)

Durant cette première saison d’après-guerre, Pradel jouera 21 matchs, pour un seul petit but. Enfin, c’est lors de la saison 1946-47, que Pradel joue son dernier match pour l’équipe fanion du Stade de Reims, le 6 avril 1947 (défaite à Montpellier), soit plus de 14 ans après son premier match sous les couleurs du Stade de Reims. Mais l’histoire entre le Stade de Reims et Pradel n’est pas terminée, en effet il continue à jouer pour l’équipe amateur du Stade de Reims. Il sera d’ailleurs dans l’équipe qui remportera le championnat de France amateur en 1948 aux côtés des Penverne, Abenoza, Gavron …

Les amateurs du Stade de Reims champion de France en 1948. De g. à dr., debout : Garabédian (entr.), Pi. Batteux, Ferreira, Abenoza, Gavron, Colau, Claude, Baudelaire; accroupis : Prosdocimi, Penverne, Moine, Pradel, Palluch. (Collection particulière)

Stade de Reims (B) – Arago Sport Orléanais : 3-1
13.06.1949; Championnat de France amateur (finale) – Stade vélodrome Victor Lefebvre, à Tours.
Stade de Reims (B) : Abenoza – Claude, Gavron, Ferreira – Colau, Pi. Batteux – Prosdocimi, Penverne – Moine, Pradel, Palluch – Entr. Garabédian
Buts : 17′ Moine 1-0, 19′ Rousseau 1-1, 68′ Penverne 2-1, 77′ Paluch 3-1

C’est après cette ultime victoire qu’il quitte le Stade de Reims (pour lequel il aura disputé plus de 120 matchs) pour aller jouer et s’installer à Annecy. C’est d’ailleurs dans cette même ville qu’il y est décédé, le 12 décembre 1999 à 83 ans.

TR (@ArchivesSDR)

One thought on “Jean-Louis Pradel, de la DH à la Division 1”

  1. Je viens de tomber par hasard sur votre site, merci pour vos photos de notre cher Stade, quel plaisir de se retremper dans notre jeunesse et de me rappeler l’époque où je disputais le lever de rideau à Delaune, retrouvez nous encore de belles photos, d’avance merci,
    D. PRUDENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *