En 1949, la pluie sauve Reims et offre le premier titre

Alors qu’il ne reste plus qu’un match à jouer dans ce championnat de Division I édition 1948-49, le Stade de Reims (46 pts) et le LOSC (45 pts) sont aux coudes à coudes dans la course au titre. L’équation est simple pour les Rémois, s’il veulent remporter le championnat, il faut gagner. Un match nul ne suffisant pas puisque le goal average est favorable aux Nordistes, 2.55 contre 1.66 (victoire à deux points). Les Rouge & Blanc se déplacent à Sète (13e). Quant à eux, les Lillois qui viennent de perdre la finale de Coupe de France quelques semaines plus tôt se déplacent à Nice (6e). Le titre est donc presque dans la poche, à moins que …

De leur côté, le LOSC a difficilement battu les vaillants niçois, 2 à 1. C’est pourtant les Lillois qui avaient ouvert la marque à la 57e minute de jeu par Walter, mais Rolland égalisa pour Nice 20 minutes plus tard. C’est l’international français (32m, 19b) qui offrit la victoire à Lille dans les ultimes minutes (86e) sur un centre d’un autre international français (décidément), Maik Walter. Lille peut donc être champion pour la deuxième fois de son histoire (après 1946), si le Stade de Reims ne gagne pas à Sète.

Henri Roessler, béret sur la tête conduit son équipe dans le vestiaire, en essayant d’éviter les flaques. (L’Equipe)

Mais à Sète le temps fait des caprices, il pleut des cordes ! Cette même pluie, retarde le début du match de près de 45 minutes, ce laps de temps ayant été utilisé par les pompiers de la ville pour pomper tant bien que mal l’eau du terrain. La pluie ayant stoppé sur l’accord de l’arbitre monsieur Jeudy et des deux capitaines (Koranyi et Batteux), le match peut enfin débuter.

Les pompes des pompiers de la ville tournent à plein régime pour évacuer l’eau du terrain. (Miroir Sprint)

C’est devant une chambrée très moyenne d’environ 3.000 spectateurs qu’à 15h45 en ce dimanche 29 mai 1949, que l’arbitre siffle enfin le coup d’envoi de cet ultime match de la saison. Et, il débute plutôt mal pour le Stade de Reims. En effet dès la première minute de jeu, ce même Koranyi, de la tête réussit à tromper le gardien rémois, Sinibaldi et réussit le premier but du match. Mais les 22 acteurs éprouvent de grosses difficultés à tenir debout, les chutes et glissades sont nombreuses. Sète croit inscrire un second but mais celui-ci est refusé pour une bousculade sur le portier rémois. C’est la mi-temps, la pluie en profite pour refaire son apparition, le terrain est jugé impraticable et les officiels décident de ne pas faire reprendre le jeu sous les huées du public local.

Jonquet taclant son partenaire en équipe de France et le buteur du jour, Koranyi. (Miroir Sprint)

FC Sète – Stade de Reims : 1-0 (interrompu à la mi-temps)
01.06.1949; Division 1 – Stade Bisset, à Sète. 3.000 sp. Arb : Jeudy
Football Club de Sète : Gorenstein – Mihoubi, Haddad, Abderrhamane – Renko, Tomazover – Jelineck, Didi – Ujlaki, Koranyi, Bouchouk – Entr. Féjean
Stade de Reims : Pa. Sinibaldi – Jacowski, Jonquet, Marche – Penverne, Petitfils – Batteux, Prouff – Bini, Pi. Sinibaldi, Paluch – Entr. Roessler
Buts : 1′ Koranyi 1-0

Le match est repoussé au Mercredi 1er juin, le FC Sète qui devait partir en tournée en Afrique du Sud est obligé de retarder cette dernière. Entre-temps, dans les colonnes du journal l’Union, Victor Canard, le président du Stade de Reims, déclarait : “J’ai la conviction que nous aurions remporté un net succès à Sète”.

Le mistral ayant chassé les nuages, c’est sous un soleil éclatant que monsieur Jeudy, donne le coup d’envoi de la rencontre à 17h. Pas de changement de formation du coté du FC Sète qui aligne son onze majeur, côté rémois, Paluch a laissé sa place à Flamion (qui était blessé dimanche). Cette fois-ci, le match démarre mieux ! Sur passe de Bini, Pierre Sinibaldi ouvre le score dès la 3e minute de jeu. Mais à peine 5 minutes plus tard, Koranyi (encore et toujours), inscrit un superbe but des 15 mètres. Peu avant la mi-temps, Petitfils plaça la balle hors de portée du goal sétois. A la mi-temps le Stade de Reims est (virtuellement) champion de France. En seconde période, le but rémois est acculé sous les tirs des attaquants sudistes, mais Paul Sinibaldi multiplie les arrets miracles (l’Union titra Paul Sinibaldi, grande vedette au sacre du Stade de Reims à Sète). Le score ne changera pas, monsieur Jeudy, siffle la fin de la partie, le Stade de Reims est champion de France pour la première fois de son histoire ! Lille, de son côté termine dauphin pour la deuxième fois d’affilée et ce sera encore le cas, puisque les deux saisons suivantes (1950 et 1951) les Nordistes termineront une nouvelle deuxième, avant de finalement être sacré champion en 1954.

FC Sète – Stade de Reims : 1-2
01.06.1949; Division 1 – Stade Bisset, à Sète. 5.500 sp. Arb : Jeudy
Football Club de Sète : Gorenstein – Mihoubi, Haddad, Abderrhamane – Renko, Tomazover – Jelineck, Didi – Ujlaki, Koranyi, Bouchouk – Entr. Féjean
Stade de Reims : Pa. Sinibaldi – Jacowski, Jonquet, Marche – Penverne, Petitfils – Batteux, Prouff – Bini, Pi. Sinibaldi, Flamion – Entr. Roessler
Buts : 3′ Pi. Sinibaldi 0-1, 7′ Koranyi 1-1, 45′ Petitfils 1-2

Dans Reims, la nouvelle s’est répandue comme une traîne de poudre, la ville est en liesse. L’arrivée des héros est attendue le surlendemain à la gare de Reims le vendredi 3 juin 1949 à 15h13 précisément ! Reims ayant joué un match amical le jeudi contre Alès (2-2) pour tester une potentielle recrue, Raphaêl Pellegrino, qui signera quelques jours plus tard. A l’arrivée du train, deux joueurs manquent a l’appel, le héro du match, Paul Sinibaldi  et Armand Penverne, qui sont eux partis en direction de Bâle pour disputer un match avec l’équipe de France B. Traditionnellement, les joueurs rémois, avant de rentrer sur Reims étaient invité dans les différents locaux de rédactions sportives des journaux situés à Paris. Enfin, avant de rentrer fêter le titre a Reims, dans un car estampillé Allez-Reims, Champions de France 1949, les joueurs descendirent les Champs-Elysées. Ne venaient-ils pas de triompher ?

L’équipe championne de France. De g. à dr., debout : Roessler (entr.), Jacowski, N. Sinibaldi, Pa. Sinibaldi, Penverne, Marche, Paluch; accroupis : Petitfils, Jonquet, Bini, Batteux, Prouff, Flamion, Pi. Sinibaldi. Manque sur cette photo Abenoza et Prince. (Stade de Reims, une équipe de légende)

L’équipe type de la saison : Paul Sinibaldi – André Jacowski, Robert Jonquet, Roger Marche – Armand Penverne, André Petitfils – Albert Batteux (c), Jean Prouff – Pierre Bini, Pierre Flamion, Pierre Sinibaldi – Entr. Henri Roessler

Les statistiques détaillées des quinze champions de France entrainés par Henri Roessler : Antoine Abenoza (6m), Albert Batteux (34m, 6b), Pierre Bini (34m, 22b), Pierre Flamion (30m, 15b), André Jacowski (34m), Robert Jonquet (34m, 1b), Roger Marche (33m), Jean Paluch (13m, 6b), Armand Penverne (22m), André Petitfils (32m, 10b), Daniel Prince (2m), Jean Prouff (34m, 14b), Noel Sinibaldi (12m, 5b), Paul Sinibaldi (28m), Pierre Sinibaldi (26m, 8m).

Le Stade de Reims, en tant que champion de France est donc qualifié pour disputer la première édition, de la première compétition européenne majeure de l’histoire du football, la Coupe Latine mais ça, c’est une autre histoire.

TR (@ArchivesSDR)

One thought on “En 1949, la pluie sauve Reims et offre le premier titre”

  1. Bonjour

    Merci pour ces souvenirs du Stade, encore bien présents dans la mémoire collective.

    Sur la photo il semble y avoir une erreur?

    En effet en accroupis : Petitfils, (Fontaine) plutôt JONQUET? Bini, Batteux, Prouff, Flamion,

    André MERGEN
    1956 – 1960

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *